Premier degré assumé

« Oh ça va, arrête de toujours tout prendre au premier degré . »

Cette phrase m’est revenue avant hier, alors que je lisais l’excellent article de Nadia Daam au sujet de la polémique Orelsan sur Slate.

M’est revenue en tête aussi une conversation peu lointaine avec des personnes de mon entourage qui parlaient rap en fins connaisseurs, alors qu’une petite phrase de fine connaisseuse est sortie de la bouche d’une de ces connaissances : « Bah oui, Booba c’est de la merde y’a qu’à voir les paroles ! Moi, je préfère Orelsan, c’est plus marrant. »

Je dois avouer que je n’ai pas saisi sur l’instant l’origine du malaise qui me prenait quand les mots sont sortis de sa bouche. J’ai seulement répondu que le rap c’était pas forcément Booba ou Orelsan, hein, enfin bon moi, j’y connais rien je fais dans le handicap.

Faut avouer aussi que je me tiens loin des polémiques, voire des infos. Un survol rapide sur Inter le matin dans la voiture, et terminé. Je prenais des crises de rage pour tout et rien, alors j’ai arrêté. Je préfère garder mon énergie pour faire, plutôt que pour réagir. Alors la polémique Orelsan, j’en avais entendu parler il y a un moment, et puis plus rien. J’avais bien gardé en tête que c’était un beau connard, mais tellement de beaux connards se sont greffés à lui depuis que je l’avais même oublié, ce con. C’est lorsqu’il est apparu sur Canal dans « Bloqués » qu’il est revenu à mon bon souvenir. Enfin, à mon souvenir tout court, parce que je me suis dit que finalement, il avait l’air con, mais pas franchement méchant. Avec ses airs de fumeur défoncé, il aurait presque réussi à nous enfumer.

Hier, tout m’est revenu à la figure. Alors que j’écoutais l’extrait de « Salue Pute », merde fumante que je n’ai pas pu écouter jusqu’au bout, j’ai pris un coup de poignard dans le bide. Sans déconner, je suis restée choquée.

D’abord enragée. Et puis, j’ai eu envie de lui demander, en le faisant grimper sur mes genoux, ce qui lui était arrivé dans son enfance pour qu’il en veuille comme ça aux femmes, de lui expliquer que s’il les haïssait à ce point, il pouvait s’en passer, d’autres solutions existaient, personne ne l’obligeait à se conformer aux normes sociales. Que s’est-il passé quand tu étais petit ? Raconte à Tata Léonie. Je lui auras dit ça en lui tapotant la joue, d’abord doucement, puis de plus en plus fort.

Enfin, m’est venu à l’esprit que quoiqu’il me soit arrivé dans la vie, je n’avais jamais ressenti une telle haine pour personne. Je n’avais jamais souhaité à personne de tomber enceinte et de perdre le bébé, ni de casser le rectum de quelqu’un. Qu’il n’était, en aucun cas, excusable. Mais pour t’éclairer, je te mettrai les paroles à la fin du billet, si tu connais pas, tu verras, c’est joli comme tout. Une somptueuse chiasse verbale de haine et de méchanceté.

Et puis, je me suis demandée si j’avais en effet un problème avec l’humour, avec les mots qui ne sont que des mots et tout ça, parce que quand je vois les gens qui commentent des trucs du genre : « Rhooo, ça va, hein, faut pas tout prendre au pied de la lettre, faut le prendre au 2ème degré », et qui te parlent de Dieudonné que c’est de l’’humour, c’est bizarre, mais ça me fiche encore plus fort les boulasses.

Parce que pour Dieudonné c’est pareil. Non, il ne me fait pas rire. Peut-on rire de tout avec tout le monde et toutes ces conneries ? Non, je ne ris pas de tout. Mais je ne riais pas non plus quand lui et Elie Simoun faisaient leur sketch sur le gros noir et le petit juif, hein, je suis équitable.

J’ai toujours été comme ça. Les blagues racistes, même quand j’avais 7 ans, (« Y’a un Chinois, un Africain et un Arabe en haut d’une falaise… »), ça me mettait mal à l’aise. Les sous-entendus racistes, soit disant humoristiques, en salle des profs, même s’ ils font sourire mes collègues d’origines étrangères, me foutent hors de moi.

J’ai toujours été comme ça, mais aujourd’hui je l’assume.

Non, je ne suis pas drôle. Les blagues sur les blondes, les blagues sur les femmes, ne me font pas rire. Celles sur les handicapés non plus.

Et encore moins les blagues pédophiles, ce qui m’ a valu de passer pour une réelle pisse-froid lors d’une sortie entre collègues.

Je ne vous bassinerai pas sur le fond de vérité et toutes ces choses, qu’on soit d’accord ou pas.

Je suis sûre d’une chose : l’humour et l’ « art » ne sont pas des doses de Vaselines qui servent à faire avaler des énormes Valda à ceux qui sont en face.

Et ce n’est pas parce qu’il y a écrit « HUMOUR », sur l’emballage que ça doit t’empêcher de regarder le contenu.

La preuve :

« Attends bouge pas j’ai un mail d’Orel j’te rappelle
Ce soir j’suis rentré du taff plus tôt que d’habitude
Je suis passé chez toi pour te faire une surprise
Quand j’suis arrivé t’étais dans ton hall avec l’autre type qui est en cours
avec toi
Et je vous ai vu…
Je vous ai vu vous jeter sur l’autre, il passait les mains sous ton pull
pendant que tu l’embrassais
Putain j’avais envie de vous tuer j’étais choqué j’croyais que tu étais
différente des autres pétasses
J’te déteste j’te hais

J’déteste les petites putes genre Paris Hilton les meufs qui sucent des queues
de la taille de celle de  »Lexington »
T’es juste bonne à te faire péter le rectum même si tu disais des trucs
intelligents t’aurais l’air conne
J’te déteste j’veux que tu crèves lentement j’veux que tu tombes enceinte et
que tu perdes l’enfant
Les histoires d’amour ça commence bien ça fini mal
Avant je t’aimais maintenant j’rêve de voir imprimer de mes empreintes
digitales
Tu es juste une putain d’avaleuse de sabre, une sale catin
Un sale tapin tout ces mots doux c’était que du baratin
On s’tenait par la main on s’enlaçait on s’embrassait
On verra comment tu fais la belle avec une jambe cassée
On verra comment tu suces quand j’te déboiterai la mâchoire
T’es juste une truie tu mérites ta place à l’abattoir
T’es juste un démon déguisé en femme j’veux te voir briser en larme
J’veux te voir rendre l’âme j’veux te voir retourner brûler dans les flammes

Refrain x2

Poupée je t’aimais mais tu m’as trompé
Tu m’as trompé tu as rencontrer un cum tout peter tu la pomper tu es juste une sale pute
Une sale pute une sale pute une sale pute une sale pute

J’déteste les sales trainées comme Marjolaine
Les petites chiennes les chichiteuses les filles à problèmes
J’rêve de la pénétrer pour lui déchirer l’abdomen
Je t’emmènerai à l’hôtel je te ferai tourner dans ma villa romaine
Tu suces pour du liquide tu te casses à marrée basse
Pétasse tu mériterais seulement d’attraper le DAS
Le seul liquide que je t’ai donné c’est mon sperme
Si j’te casse un bras, considères qu’on s’est quitté en bons termes
J’t’aime j’ai la haine j’te souhaite tout les malheurs du monde
J’veux que tu sentes la chaleur d’une bombe j’veux plus jamais que tu me
trompes
J’étais trop fidèle (sale pute)
J’ai les nerfs en pelote (sale pute)
J’vais te mettre en cloque (sale pute)
Et t’avorter à l’Opinel

« Oh mais c est de ta faute t’étais jamais là pour moi »

Oh je m’en bas les couilles c’était de la faute à qui
J’te collerai contre un radiateur en te chantant ‘Tostaky’
J’veux que tu pleures tous les soirs quand tu tu t’ endors
Parce que t’es du même acabit que la pute qu’à ouvert la boite de pandore

Refrain x2

J ai la haine j’rêve de te voir souffrir
J ai la haine j’rêve de te voir souffrir baby
J ai la haine j’rêve de te voir souffrir
J ai la haine j’rêve de te voir souffrir baby  »

Publicités

15 réflexions sur “Premier degré assumé

  1. Complètement d’accord avec tout ce que tu dis.
    Et la lecture du texte d’Orelsan est juste insupportable… Quant à ne pas tout prendre au premier degré, cet argument m’agace et n’a pas de sens puisqu’il supposerait qu’il y ait un second degré. Je cherche encore le message…

    Aimé par 1 personne

  2. Moi non plus les blagues pédophiles ne me font pas rire. Je connaissais Orelsan seulement de nom, je n’avais jamais lu aucun de ses textes. Merci de m’avoir ouvert les yeux. Même si c’était violent. J’ai failli vomir avant la fin de la lecture de cette « chanson »…

    J'aime

  3. Oh mon dieu… J’ai même pas réussi à lire les paroles jusqu’au bout… Et dire qu’il y a certainement des jeunes ados qui écoutent ça et pensent que c’est la normalité !

    J'aime

  4. heu déjà je suis choquée par les fautes d’orthographe du texte de la fin, je connais pas ce mec et ça me donne pas envie en fait parce que au delà de la forme j’ai fini par voir le fond, c’est dégueulasse et moi non plus je rigole pas à tout pourtant je suis super bon public.
    Le mec est connu ? Parce que si les jeunes écoutent ça, ça craint un peu non vu leur propension parfois à s’identifier …
    Bises

    J'aime

  5. Alors honnêtement je ne m’étais jamais penchée sur les textes d’Orelsan… J’en ai vaguement entendu parler pour les polémiques qu’il a générées. Mais honnêtement la lecture de ce texte est franchement IGNOBLE et là ça m’échappe complètement!!!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s