Chronique de l’école extraordinaire:Paula

«  Ouaiche.
– Bonjour Paula, tu es en retard.
– Ouais, j’sais, chuis passée en Vie Scolaire.
– Bon, assieds-toi, aujourd’hui on travaille selon vos besoins, comme tous les jeudis. C’est vous qui dîtes ce que vous souhaitez travailler, quels sont vos besoins, et je vous aide.
– Vas-y, j’ai rien à faire.
– On ne dit pas « Vas-y », mais « Allez-y ». Rien à faire ? Tu n’as pas de devoirs ? Ni même besoin de t’avancer ?
– Non, j’ai rien, ils donnent pas de devoirs les profs.
– Bon, je travaille avec Catalina et Antoine, je te laisse réfléchir. On fait la fiche de révision en Histoire, tu la fais avec nous ?
– Nan, elle est déjà faite.
– Ok, alors réfléchis.

Quelques minutes plus tard…

– Oh, vous savez ce qu’il a dit mon père ? Il a dit que dans cette famille, la seule qui aurait son permis ce sera moi.
– Dis-donc, c’est un joli compliment, ça. Tu vois, les choses évoluent vraiment positivement en ce moment. Il n’y a pas longtemps il voulait te mettre dehors à cause de tes problèmes de comportement.
– Ouais, c’est vrai, je me suis calmée. En vrai, j’ai fermé tous les Facebook, les Twitter et tout ça. Franchement ça devenait trop, tout le monde me connaissait, t’as vu.
– « Vous avez vu ». Ah bon ? Mais tu as tout supprimé parce que tu étais obligée ?
– Nan, toute seule.
– Tu deviens vraiment raisonnable, tu te rends compte ? Bon, on continue notre travail.
– Mmmmhhhhhh….Et même les sapes, t’as vu, j’ai fait un effort. Avant, j’étais sapée comme un bonhomme, là t’sais; c’est mieux.
– Oui, c’est vrai c’est joli comme ça, ta veste est jolie aussi, ça te va bien, on voit que tu prends soin de toi.
– Ouais, merci.
– Bon, allez, au boulot.

Une minute plus tard …

– Ouais, après, faut pas exagérer, je continue à me taper quand même hein. Ça, c’est la base. On me cherche, je tape. J’ai tout le temps envie de taper tout le monde.
– Mais, Paula, au collège tu ne te bats jamais ?
– Non, sinon après ils vont me virer.
– Donc ça veut dire que tu as envie de te battre, mais tu réussis à te contrôler.
– Ouais, chais pas. Dès qu’on m’énerve, t’as vu, j’ai envie de taper. Même les profs, tout le monde. Même vous, j’ai déjà eu envie de vous taper. Bon, après je le fais pas, hein. Mais par contre une pauvre meuf qui traîne devant la Dieu* et qui me cherche, j’la défonce, sans pitié. La dernière fois, la meuf elle m’avait trop saoûlée, je l’ai laissée en sang et chuis partie. Fallait pas me chercher.
– Tu te rends compte l’image que ça donne de toi ? Tu fais peur.
– Ben ouais, mais au moins les gens y me laissent tranquille.
– Mais en te comportant comme ça, tu sais que ça ne donne pas aux gens l’envie de te connaître ?
– Mais si, ouaiche, j’ai plein de potes.
– Tu sais que c’est interdit par la loi ? On peut porter plainte contre toi, et ensuite ça laisse des marques, ça, de se battre comme ça dans la rue. Tu as un casier judiciaire ?
– Nan.
– Alors tu vois, au vu de tes projets, il faut absolument que tu arrêtes, il est encore temps. Tu ne pourras jamais entrer dans l’armée si ton casier n’est pas vierge.
– Ouais mais aussi , les meufs elles ont qu’à pas chercher. Vous allez me dire que vous vous êtes jamais battue, ouaiche ?
– Non. J’ai trop peur d’avoir mal.
– Ahahahahahaha, mais vous faites comment alors ?
– Pour me faire respecter ? Bah…Je ne sais pas comment je fais, mais en tout cas, je réussis à te faire lever tous les vendredis matin pour venir faire des maths avec moi, toi qui n’avais pas fait de maths depuis la 5ème. Et sans lever la main !
– Mouais. Et vous faites comment si on vous emmerde dans la rue ?
– J’ignore et je trace mon chemin, l’air très occupé, tu vois, comme si j’étais quelqu’un de tellement intelligent que je réfléchissais à des trucs que moi seule peut comprendre à ce moment-là, tu imagines, avec les sourcils froncés. Comme si je résolvais des équations dans ma tête, et que j’étais tellement préoccupée que je n’entendais personne. Et je marche vite aussi, d’un point A à un point B.
– C’te technique !
– Tu t’imagines comment plus tard, dans ta vie adulte ?
– Ben avec une famille, une maison. D’abord mon taf, t’as vu, ça, c’est le plus important.
– Et tu te vois conduire ? Avoir une voiture ?
– Bah, ouais, c’est la base.
– Bref, tu rêves d’une vie paisible, normale, que tu aurais construite toute seule. Pardon, mais ça n’est pas du tout compatible avec le fait d’aller taper des filles devant la Part-Dieu.
– Ouais, mais ça, ce sera plus tard, faut bien que je m’amuse à mon âge.
– Ben va falloir apprendre à t’amuser différemment, sinon, tu risques de gâches ta vie et celle de quelqu’un d’autre avec un mauvais coup…
– Exagérez pas, vous aussi, là !
– Peut-être que j’exagère…Mais peut-être que non. Bon, assez parlé, on se met au boulot maintenant.

Trente secondes plus tard…

– Au fait, c’est bon, j’ai signé ma convention de stage.
– Super, tu commences quand ?
– Le 3.
– Alors tu vas faire quoi exactement ?
– Ben cette fois, c’est toujours avec les vieux, t’as vu, et sauf que cette fois on va prendre une camionnette et on va aller d’un endroit à l’autre.
– Tu aimes vraiment le contact avec les « vieux », hein ?
– Ouais, grave, ils sont trop mignons. Chais pas expliquer, même je leur coupais les ongles et tout, t’as vu. C’est moi qui faisais leur goûter tous les jours, ils m’aimaient trop ! Vous aussi j’vous aime trop.
– ….
– Ahahah t’as vu, elle est toute rouge la prof !
– Oui, bon, et tu en es où dans la recherche de ton patron pour l’an prochain ?
– J’ai rien trouvé. Et les enfants tout ça, c’est pas possible, j’ai trop envie de les taper. Comme avec mon frère, là. Il saoule lui aussi.
– Ah, oui en effet, ça n’est pas possible…
– Nan mais taper…pas comme mon père y’m’tape avec la ceinture, hein, juste je le remballe mon frère, il m’énerve trop, t’as vu. Je lui mets des fessées.
– Tu n’as pas à taper ton frère !
– Ouais mais il comprend pas, je lui mets une fessée, et après il pleure. Comme ça, il comprend.
– Il pleure, mais il comprend, tu es sûre ?
– Mmmmmhhhhhhh.
– Et puis, ça n’est pas à toi de punir ton frère, c’est le rôle de tes parents.
– Ouais mais ils disent rien, eux, je m’occupe de tout le monde là.
– Je comprends, ça ne doit pas être facile. Bon, on bosse maintenant.
– Vas-y, y’a rien à faire, là.
– Disons qu’on est en cours, donc à part le travail scolaire, en effet, il n’y a rien d’autre à faire.
– Ça m’a fânée, ouaiche.
– Alors tu vois, tu fais des efforts vestimentaires, tu fais des efforts de comportement, tu apprends à mettre des mots quand ça ne va pas au lieu de faire une crise et de tout casser, tu as trouvé un CAP pour l’an prochain…la seule chose qu’il va falloir travailler, c’est la communication. « Ouaiche » , « fânée », « vas-y » et compagnie, et puis ta façon de te tenir, comme un cow-boy, là, tu imagines que pour un employeur potentiel, ça n’est pas possible.
– Ouais mais au moins, ils voient tout de suite qui je suis, t’as vu.
– « Vous avez vu » ! Ah bon, ils pensent que ta personne, ce que tu es vraiment, c’est ça ? Tu crois qu’en te voyant comme ça on s’imagine que tu aimes les personnes âgées, que tu leur fais des papouilles et que tu leur prépares un bon petit goûter ?
– Ouais mais au moins, ils me cassent pas les couilles.
– Ah, non, ça c’est sûr qu’ils ne te cassent rien, mais pas contre, ils ne t’embauchent pas, hein.
– Ouais ben tant pis pour eux.
– Non ! Tant pis pour toi, tu sais très bien que tu joues gros, que tu veux cette formation, que tu veux partir de chez toi et être en internat. Celui qui est en face de toi, il doit choisir entre toi et un autre, si tu lui montres ce personnage, il ne va pas chercher plus loin, il choisira l’autre ! C’est le moment de faire tomber ta carapace, là, on sait tous qu’au fond tu es une vraie gentille, un nounours en guimauve.
– Vas-y, c’est vrai chuis gentille en vrai, mais faut pas qu’ils le sachent, après ils vont m’arnaque.
– Eh bien, il va falloir travailler tout ça, hein. Bon, si on faisait un peu de calcul?

Sonnerie de fin de cours.

* la Part-Dieu, centre commercial très connu à Lyon

Publicités

3 réflexions sur “Chronique de l’école extraordinaire:Paula

  1. Pingback: #Guimauve | La chronique qui pique

Répondre à lachroniquequipique Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s